Aller en hautAller en bas


Vous êtes le Visiteurs
 
PortailPortail  AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2   Lun 14 Mar - 18:42

Par Myriam COTTIAS

A travers débats et affrontements, on a vu en 2005 combien l'histoire de l'esclavage et celle de la colonisation, objets repoussés hors frontières scientfiques reconnues, permettaient d'interroger la définition contemporaire de l'Etat et de la Nation.

Dans sa préface à l'ouvrage de Gilberto FREYRE "Maitre et Esclaves- La formation de la société brésilienne", traduit e 1952, Lucien FEBVRE insistait sur la névessité d'étudier "la mobilisation des "peuples de couleur". Il soulignait ainsi la méthode de l'analyse historique définie avec Marc BLOCH : l'exigence du va-et-vient entre le présent et le passé. Un demi-siècle plus tar, c'est précisément cette nécessité qui s'est imposé, sous l'angle politique, aux historiens travaillant sur l'esclavage colonial transatlantique - deux qualificatifs importants, car ils délimitent à la fois des modalités et l'espace de l'esclavage tel qu'il est abosdé dans la plupart des études menées en France.

Je m'y contonnerai ici,bien qu'il soit de moins en moins pertinent de penser cet objet dans les frontières nationales.

Considéré au sein d'un ensemble comprenant la France continentale les départements d'outre-mer surtout, mais aussi Saint-Domingue, devenue Haïti lors de son indépndance en 1804-, l'esclavage désigne quasi uniquement le système de mise en servitude de captifs déportés dans les colonies des Antilles après avoir été achetés dans les sociétés d'Afrique. C'est principalement la traite, le commerce de ces captifs, qui a assuré, le renouvellement et le développement de l population esclave, asservie pour garantir, grâce au sucre et au café, la prospérité commerciale de la France jusq'au XIXem siècle. Ainsi, bien qu'emboîtés l'un dans l'autre, traite et esclavage, ont toujours été deux systèmes distincts: chacun à ses acteurs, ses propres règles d'organisation, de règlementation et de temporalité.

Officiellement, la traite des captifs s'achève en 1814,. En écho à l'abolition promulguée localement à Saint-Domingue, l'esclavage, lui est aboli dans les colonies françaises une première fois le 4 février 1794 par la Convention nationale de la Ière République. Rétabli par Napoléon Bonaparte en 1802, il est de nouveau aboli le 27 avril 1848, lors de la réinstauration de la République. Selon la proclamation officielle, "nulle terre française ne peut plus porter d'esclaves" et les "frères esclaves", affranchis entre dans "la grande famille nationale".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2   Lun 14 Mar - 18:58

Le lien fort établit ainsi entre République et abolition de l'esclavage - le drapeau français est salué aux cris de "Vive la Liberté" par les esclaves - explique bien des choses, au niveau tant des résurgences thématiques que des attentes des populations issues de l'Outre-mer.A l'aue d'u siècle , trois grands moments ont rythmé la production historique et la reflexion politique sur la relation entre l'Outre-mer et la France ( étropolitaine) - sous l'angle de l'Etat et de la Nation. En 1948 parraît l'importante "Histoire de l'esclavage" de Gaston-Martin, ainsi que, sous le titre de "Colonisation et Esclavage", une sélection de textes de Victor Schoelcher, figure de proue de l'Abolitionnisme françai, réalisée par Aimée Césaire et préfacée par Charles-André Julien, professeur à la Sorbonne.

Tout en glorifiant la geste républicaine, Aimé Césaire infléchit pour la première fois le récit historique. Il fait émerger des acteurs oubliès de cette histoire, les esclaves et en appelle aux "nègres" qui se solevèrent à la Martinique le 22mai 1848, obligeant le gouvernement local à anticiper de plus de deux mois, la promulgation du décret d'abolition car, ils "sentirent que la liberté ne tombe pas du iel; qu'elle ne s'accorde jamais tout à fait; qu'elle se prend et se conquiert". Deux années après le vote de la loi de départementalisation qui assimilait les Antilles, la Guyane et la Réunion à la France, la demande d'intégrer un élément de différenciation au sein de la République universaliste eut peu d'écho dans l'Hexagone.

à suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2   Lun 14 Mar - 19:09

Un deuxième temps fort dans les études sur l'esclavage et arrmé à la commémoration du bicentenaire de la Révolution française, à la foi dans l'exagone et dan les départements d'outre-mer. Sous l'impulsion d'Yves Benot,entre autres,colloques et republications de documents historiques ont pour objectif d'accorder ax colonies une place importante dans les débats et les évènements révolutionnaires. Du fait du soulèvement des esclaves et des conflits autour de la citoyenneté des affranchis qui forcent à précise le contenu du mot "égalité" inscrit dans la Déclaration des droits de l'Homme, Saint Domingue émerge en tant de point de basculement d la Révolution. Toussaint Louverture devient le symbole de la Révolution haïtienne. Cette effervescence scientifique n'a cependant pas eu beaucoup de résonnance hors de la sphère des spécialistes : le "Dictionnaire citique de la Révolution française" publié par françois FURET et Mona OZOUF en 1988, par exemple, n'abordait pas ces points critiques. L'esclavage ne semblait pas pouvoir acquérir ses lettres de naturalité au sein de l'évènement historique majeur qui ancrait la Nation française.

à suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2   Aujourd'hui à 7:49

Revenir en haut Aller en bas
 
LA MEMOIRE A VIF DE L'ESCLAVAGE 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Memoire Flash vs Rayons X
» Club Memoire
» Pret Memoire
» Oral de memoire
» HYMNE A LA VIE ..A LA MEMOIRE DE GREGORY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BOOKS ET AUTRES MEDIAS :: HISTOIRE-
Sauter vers: