Aller en hautAller en bas


Vous êtes le Visiteurs
 
PortailPortail  AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:19

Duryée et ses Zouaves quittent Camp Hamilton presque à minuit (le 9 Juin 1861), précédés par deux Compagnies déployées en tirailleurs (skirmishers), commandées par les Capitaines Bartlett et Kilpatrick. Le pont de Hampton est si endommagé par le feu qu’il ne peut être traversé dans l’obscurité sans danger, ainsi les troupes sont la traversée sur de petites embarcations, après un considérable retard. L’Albany Regiment du Colonel Townsend, avec deux ‘howitzers’ (obusier) de montagne, partira une heure plus tard pour épauler Duryée. Celui-ci doit emprunter un chemin détourné, après avoir traversé le pont de New Market, enjambant la branche sud-ouest de la Back River, et, débouchant entre les forces Confédérées à Big et Little Bethel, il doit leur tomber dessus au second endroit cité, et en cas de succès, poursuivre la poussée et attaquer l’ennemi au premier endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:20

Bartlett et Kilpatrick atteignent le pont de New Market, à 1:00 du matin (le 10 Juin), où ils attendent l’arrivée des Zouaves à 3:00. Alors ils continuent vers le nouveau County Bridge (pont) à Big Bethel, et tout près de là, un peu avant le lever du jour, ils capturent un piquet de garde ennemi. Au même moment, le Lieutenant-colonel Washburne est parti de Newport-Newce, suivi de Bendix et ses Allemands et de Greble, en support, avec sa batterie et ses artilleurs. Butler a calculé la marche des deux colonnes, pour qu’elles puissent lancer une attaque simultanée à Little Bethel juste à l’aube ; et pour éviter toute erreur, il a ordonné, aux troupes qui attaqueront en premier, de crier « Boston ». Tout marche admirablement bien, selon les instructions, lorsqu’un événement malheureux ruine l’expédition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:29


Les Zouaves de Duryée9

Duryée, comme nous l’avons vu, presse le pas pour arriver sur les arrières de Little Bethel, suivi de Townsend. Washburne, au même moment, avance vers le même point, suivi de Bendix et de l’artillerie. Townsend et Bendix approche du point de jonction, en face de Little Bethel, dans une forêt épaisse, en même temps. Les hommes de Townsend, habillés comme les Confédérés, portent leurs brassards blancs et sont prêts à donner le mot de passe. Les hommes de Bendix n’ont pas de brassards et ignorent le mot de passe. L’aide-de-camp de Butler, envoyé à Newport-Newce pour délivrer les ordres de mouvement, a omis de donner le mot de passe et d’ordonner de porter un morceau de tissu blanc comme signe distinctif. Bendix sait que les insurgés, par mesure de précaution, portent un bandeau blanc sur leurs chapeaux. Apercevant, dans une pénombre étoilée et une légère brume, avant l’aube, les mêmes morceaux de tissu blanc aux bras d’hommes d’une colonne qui approche, vêtus comme les insurgés, Bendix les prend pour l’ennemi10 et ordonne d’attaquer. Les Allemands ouvrent le feu sur la colonne de Townsend avec les fusils et un canon. L’autre canon est avec le Lieutenant Greble, qui a poussé, avec impatience, un mile ou plus vers l’avant11. Les hommes de Townsend crient vigoureusement « Boston », tandis que ceux de Bendix répondent par « Saratoga ». Le feu des Allemands n’est répondu qu’irrégulièrement, lorsque le groupe assailli croyant être tombé dans une embuscade tendue par les Confédérés, se replie au croisement de routes, alors la terrible méprise est découverte. Townsend a perdu 2 tués et plusieurs blessés dans l’affaire. Le Capitaine Haggerty, l’officier qui a oublié de donner l’ordre pour les brassards ainsi que le mot de passe, est profondément affligé par les conséquences de sa négligence et s’exclame : « Comme puis-je retourner et regarder le Général Butler en face ! »12.


9 L’uniforme est celui du Second Regiment de Zouaves Français, composé d’une veste bleue passementée de rouge, d’une chemise bleue passementée comme la veste ; pantalons rouge écarlate avec leggings de cuir, fez rouge avec gland bleu, en partie porté à la manière d’un turban.
10 On raconte aussi que Bendix a été trompé par le fait que le Général Peirce et le Colonel Townsend, avec leurs officiers d’état-major respectifs, chevauchant en tête de la colonne, ont été pris pour de la cavalerie, et comme il n’y en avait pas avec l’expédition, il a été supposé que c’était celle de l’ennemi.
11 Faute de chevaux, une centaine d’hommes tirait l’un des canons de Greble depuis Newport-Newce, et deux mules tiraient l’autre. C’est cette dernière qui se hâtait vers la colonne de Duryée.
12 Déclaration du Général Peirce faite à l’auteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:32

Entendant une fusillade sur leurs arrières, Duryée (qui vient juste de surprendre et de capturer une garde éloignée de 30 Rebelles), Washburne et aussi le Lieutenant Greble, pensant que les Confédérés sont tombés sur les colonnes des troupes de soutien, inversent immédiatement leurs marches et rejoignent les régiments de Townsend et Bendix, fâcheusement emmêlés. Au même moment, le Général Peirce, qui sait que les insurgés sont avertis de la présence des troupes Fédérales à cause de cette fusillade, envoie chercher des renforts à l’arrière. Le 1er New York du Colonel William H Allen et le 2ème New York du Colonel Carr sont dépêchés immédiatement de Camp Hamilton, avec directives pour le 1er de rejoindre le front et pour le 2ème de s’arrêter au pont de New Market et d’y attendre des ordres complémentaires. Les Confédérés à Little Bethel, pas plus de 50 en effectifs, ont fui au poste plus fort de Big Bethel, à 4 ou 5 miles de distance, et les troupes de l’Union les suivent rapidement après avoir détruit le camp abandonné par les fuyards13.


13 Près de Little Bethel, un riche insurgé, nommé Whiting, est sorti de sa maison et a tiré délibérément sur les soldats Fédéraux. Des représailles ont immédiatement suivi. Sa vaste demeure, remplie de meubles élégants, et une bibliothèque raffinée, ont été réduites en cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:38

Les insurgés à Big Bethel, à environ 12 miles du pont de Hampton, sont en alerte. Leur position est forte, sur la berge de la branche nord-ouest de la Back River, avec ce cours d’eau juste devant eux, et qui est à cet endroit, étroit et peu profond, et qu’enjambe un pont, mais qui s’élargi de chaque côté en un marais, la plupart du temps infranchissable, selon le témoignage de George Scott, le guide noir. Les Confédérés ont érigé de solides ouvrages de terre de chaque côté de la route, commandant le pont, ainsi qu’une ligne de retranchements le long du marécage boisé sur leur droite. Tout de suite derrière leurs ouvrages fortifiés se tient un bâtiment en bois connu comme l’église de Big Bethel. Derrière ces défenses, qui sont masquées par de verts branchages et en partie cachées par un bois, sont rassemblés 1'800 Confédérés14 (dont beaucoup de cavalerie), aux ordres du Colonel Magruder, la force est composée de Virginiens et d’un régiment de Caroline du Nord commandé par le Colonel D H Hill. On raconte qu’ils sont 4'000 avec 20 pièces d’artillerie lourde ; et telle est l’estimation de Kilpatrick, après une reconnaissance15.



14 First Year of War de Pollard, p. 77.
15 Rapport de Kilpatrick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:39

Malgré la force estimée des Rebelles et la fatigue de ses troupes, qui ont été éveillées toute la nuit et qui ont parcouru beaucoup de miles sous un chaud soleil, le Général Peirce, après avoir consulté ses officiers, décide d’attaquer. Toute la force sous son commandement pousse vers l’avant, et vers 9:30 du matin, elle atteint un point situé à 1 mile de l’ennemi, où elle se met en formation de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:41

Les Zouaves de Duryée sont désignés pour mener l’attaque. Des tirailleurs, aux ordres des Capitaines Kilpatrick, Bartlett et Winslow, et tous les hommes sous le commandement du Lieutenant-colonel G K Warren, tous du régiment de Zouaves (qui connaissent le terrain), sont déployés de chaque côté de la route qui conduit au pont, suivis de près par le Colonel Duryée, soutenu par 3 pièces d’artillerie du Lieutenant Greble16. Sur la droite de la troupe en marche, se trouve un bois qui s’étend presque jusqu’au cours d’eau, et sur le devant et sur la gauche, il y a un verger et champ de maïs. Duryée avance obliquement dans le verger et le champ, avec Townsend en soutien sur sa droite et ses arrières. Greble, avec sa batterie, continue à avancer sur la route, avec Bendix en soutien, dont le régiment est déployé sur la droite de la chaussée, dans le bois, progressant vers le flanc gauche des Confédérés, accompagné de 3 Compagnies des troupes du Massachusetts et du Vermont prises dans les effectifs de Washburne.


16 L’un des ‘Howitzers’ de Townsend a été ajouté à la batterie de deux pièces de Greble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:43

Un ‘Parrott’ à canon rayé de la batterie rebelle, à droite du pont, ouvre les hostilités, au commandement du Major Randolph, du Richmond Howitzer Battalion. Les troupes de l’Union répondent par des acclamations, avançant fermement face à un feu nourri, dans l’intention de charger à travers le cours d’eau et d’emporter les ouvrages défensifs. Au début, la plupart des projectiles passent au-dessus de leurs têtes. Très bientôt, le tir se montre plus efficace ; des hommes commencent à tomber ici et là ; et à la longue, la pluie d’obus est insupportable. Les tirailleurs et les autres Zouaves quittent l’espace ouvert pour s’abriter dans le bois à droite de la route, tandis que Greble, avançant toujours, déverse une pluie rapide et efficace de mitraille et d’obus sur la position Confédérée, à une distance, finalement, de moins de 200 yards. Il tient cette position pendant presque deux heures, alors que le reste de l’armée se repose et se prépare à donner l’assaut général. Greble n’a qu’une force ordinaire de canonniers, au début, mais Warren se débrouille pour lui envoyer du renfort, et grâce à une habile utilisation de ses canons, avec un stock limité de munitions, Greble a réussi à maintenir les Rebelles dans leur position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:44

Quand tout est prêt, aux environs de midi, la charge est sonnée, et les troupes s’élancent rapidement en avant, avec les instructions de déborder le marécage, de flanquer la position ennemie et d’en déloger les occupants à la pointe de la baïonnette. Les Zouaves de Duryée les attaquent sur leur gauche et le 3ème New York de Townsend en fait de même sur leur droite, tandis que Bendix, avec le 7ème New York et le restant du détachement de Newport-Newce doit mener l’assaut sur leur flanc gauche et sur leurs arrières. Greble, pendant ce temps, reste sur sa position en face sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:48

Kilpatrick, Bartlett et Winslow chargent vaillamment le front de l’ennemi, pendant que le Capitaine Denike et le Lieutenant Duryée (fils du Colonel) et une partie du Régiment de Townsend tombent avec audace sur la droite de l’ennemi. Les Confédérés sont délogés de leur batterie la plus proche du pont, et une victoire rapide semble inévitable en faveur des Fédéraux. Les Zouaves traversent alors le bois en direction du marécage, mais le croyant infranchissable, leur commandant donne l’ordre de se retirer. Townsend presse vigoureusement contre l’aile droite ennemie mais il est soudainement freiné par une bévue fatale. Dans leur hâte de partir, deux Compagnies de son Régiment ont avancé sans être vues le long d’un fossé bordé d’une haie épaisse et rapidement, sont arrivées en bas d’une pente douce à quelque distance du front pour rejoindre leurs camarades, mais à cet endroit la fumée est dense. Leur uniforme, comme nous l’avons vu, ressemblent à celui des Confédérés, et ils sont pris par erreur pour des hommes de Magruder en train de déborder les New Yorkais. Townsend s’arrête immédiatement et retourne alors à son point de départ. A ce moment, le Général Peirce qui a pris la tête des Zouaves, pour mener lui-même l’assaut et Bendix avec le reste des hommes de Newport-Newce avancent selon le plan établi. Quelques hommes franchissent le marécage et pensent tenir la victoire, lorsqu’ils sont repoussés par un feu meurtrier. Les Confédérés, soulagés sur leur droite par le repli de Townsend, ont concentré leurs forces autour de la batterie en face des assaillants Fédéraux. Le Major Winthrop se trouve avec les troupes de Newport-Newce à ce moment, et a poussé vigoureusement vers l’avant, avec le soldat Jones du Régiment du Vermont, vers un point situé à 30 ou 40 yards de la batterie Confédérée. Il grimpe sur une souche d’arbre pour obtenir une meilleure vue, alors la balle tirée par un « tambour » de Caroline du Nord l’atteint en pleine tête, et il tombe raide mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 17:56

Le repli de Townsend, l’échec sur la droite et la conviction du Colonel Duryée que ses munitions sont épuisées, amènent le Général Peirce, avec l’accord de ses colonels, à ordonner la retraite. Greble se bat encore, mais avec un seul canon car il ne lui reste plus que 5 hommes. A la réception de l’ordre de repli, il envoie le Caporal Peoples atteler la pièce pour l’emporter. A cet instant, un tir Confédéré atteint Greble à la tempe droite qui tombe mort, en s’exclamant, « Oh ! Mon Dieu ! » Ainsi périt, au tout début du conflit, l’un des plus prometteurs jeunes officiers qui s’est hâté de rejoindre le champ de bataille en répondant à l’appel du Président. Il est le premier officier de l’Armée régulière à donner sa vie pour son pays ; et l’un d’une classe de diplômés de West Point, qui donnera plusieurs officiers généraux distingués pendant la guerre17. Généreux, brave et bon, il était très aimé par tous ceux qui le connaissaient, et il a été sincèrement pleuré par la Nation. Son nom sera à tout jamais associé, dans les esprits et dans les cœurs de ses compatriotes, avec tous les braves qui ont combattu durant cette lutte pour la Nation et pour le Droit, comme cet adoré jeune martyr18. De même, sera chérie par le Peuple reconnaissant, la mémoire de Winthrop, le noble, le brillant et le brave.



17 Il y a eu 46 diplômés sur les 100 cadets de sa classe, parmi lesquels 23 sont restés fidèles à l’Union et 14 ont rejoint les insurgés, lorsque la guerre a éclaté. Dix des 14 Confédérés sont devenus ‘Généraux ‘ de l’Armée Sudiste, c’est-à-dire, G W C Lee, J Deshler, John P Pegram, J E B Stuart, Archibald Gracie, S D Lee, W D Pender, J B Villepigue, J T Mercer et A B Chapman. Seuls 4 côté Union ont atteint ce rang, Henry L Abbot, Thomas E Ruger, O O Howard et S H Weed. Sur les 46 diplômés, 12 ont été tués au combat et en Décembre 1865, 8 autres étaient morts.
18 Le corps du Lieutenant Greble a été transporté à Fort Monroe par les Zouaves affligés, et dans la chapelle où il a été déposé, il a reçu les rites funéraires avant d’être convoyé dans sa ville natale de Philadelphie. Le père, accompagné d’un ami proche, venait juste d’arriver à Fort Monroe, pour rendre visite à son fils, lui apportant des gourmandises et des marques d’affection de sa jeune épouse, quand des nouvelles de la bataille et la mort du héro, lui ont été communiquées. Ils sont repartis tristement, ramenant avec le corps la touchante lettre suivante adressée à la veuve, fille du Révérend J W French, son professeur principal à West point : « Que Dieu vous bénisse, ma chérie, et qu’il t’assure une vie heureuse et paisible. Puisse le bon Père nous protéger, toi et moi, et nous accorder une longue vie paisible ensemble. Dieu me donne force, sagesse et courage. Si je meurs, que je le fasse en homme courageux et honorable ; et qu’aucune tache de déshonneur ne rejaillisse sur moi ou sur toi. Avec dévouement et de tout mon cœur, ton mari ». Ceci a été écrit au crayon, et d’évidence après être arrivé sur le champ de bataille. Il semble qu’il ait eu le pressentiment qu’il ne survivrait pas au combat attendu. A un ami officier, en partant, il a dit : « Ceci est un mouvement peu judicieux et mal préparé. J’ai peur que rien de bon n’en sorte ; et pour moi-même, je ne pense pas que je quitterai le champ de bataille vivant ».
La dépouille de Greble a reçu les honneurs militaires à Philadelphia. Elle a été déposée à ‘Independence Hall’ à la demande du Conseil de la ville, et le 14 Juin, elle a été visitée par des milliers de citoyens. Elle a été ensuite transportée, en procession solennelle, jusqu’à la résidence du père, escortée par la Compagnie de la Milice du Capitaine Starr, suivie par des officiers de l’Armée et de la Marine, par des autorités de la ville, et par une large foule de militaires et de civils. De là, la dépouille a été conduite au cimetière de Woodland, aux environs de Philadelphie, où son beau-père a lu le service funèbre final, et le corps a été enterré avec les honneurs militaires. Sur le lieu de sépulture, sa famille a érigé un beau et unique monument de marbre blanc, portant les inscriptions suivantes : Sur la face concave, « John T Greble, Premier Lieutenant, Armée US. Né le 12 Janvier 1834 ; tué à Big Bethel, le 10 Juin 1861 ». Sur la face convexe, il est gravé, « John T Greble, Premier Lieutenant, Armée US. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ».

Le Conseil de la ville de Philadelphie a adopté une série de résolutions relatives à sa mort ; et un portrait du martyr, peint par Marchant a été présenté à la municipalité. Les officiers à Fort Monroe ont déjà, par résolution du 11 Juin 1861, témoigné de leur sentiment envers leur compagnon d’armes ; et le Lieutenant-colonel (par la suite Major Général) Warren a dit : « SON efficacité seule a évité que nos pertes soient trois fois plus élevées, en empêchant que les batteries adverses ne balaient la route sur laquelle nous marchions ; et l’impression qu’il a produit sur l’ennemi a dissuadé ce dernier de poursuivre nos troupes en retraite, des heures après qu’il ait cessé de vivre ».



Dernière édition par William Y W Ripley le Ven 24 Juin - 18:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 18:01

Le Général Butler, comme nous l’avons vu, a envoyé le Colonel Allen avec le 1er New York et le Colonel Carr avec le 2ème New York, en renforts. Ceux-ci arrivent quand la bataille se termine. Peirce les envoie sur le front, comme pour réactiver les combats, et ils servent à couvrir la retraite des diverses troupes. Celle-ci se fait en bon ordre. Les morts et les blessés, et les armes et les munitions sont tous emportés. Le Lieutenant-colonel Warren a ramené le corps du Lieutenant Greble, mais celui de Winthrop est resté quelque temps aves les Rebelles19. Kilpatrick, qui a été salement touché par un projectile dans la cuisse, est secouru et emmené par le Capitaine Winslow20. La cavalerie ennemie a lancé une poursuite sur 6 miles, avant de faire demi-tour ; et le même jour, Magruder et toute sa force est retournée à Yorktown. Les pertes des troupes Fédérales se montent à 16 morts, 34 blessés et 5 portés manquant. Celles des Confédérés sont insignifiantes. Les effectifs Fédéraux à Great Bethel étaient d’environ 2'500 hommes, et ceux des Rebelles 1'800 hommes.


19 La bravoure de Winthrop a été vantée par l’ennemi. Ils ont donné à sa dépouille une respectable sépulture à Bethel et elle a été exhumée quelques jours plus tard et envoyée à New York. « Le 19 Avril », raconte son ami George W Curtis, dans une belle saynète sur sa vie, « il a quitté la porte de l’armurerie du 7ème, avec la main sur un Howitzer _ le 21 Juin, son corps repose sur le même Howitzer, à la même porte, drapé du drapeau pour lequel il est mort avec joie, comme le symbole de la liberté humaine ». The Fallen Brave, p. 41.
20 Dans son rapport, Kilpatrick a dit, après avoir parlé de l’engagement et d’un nombre d’hommes tués : « Ayant reçu à travers la cuisse un éclat d’obus, qui a déchiré un rectangle de tissu sur l’épaule gauche du Colonel Duryée et tué un soldat derrière, j’ai fait replier mes hommes à la lisière du bois… Je suis plus que reconnaissant envers le Capitaine Winslow qui m’a secouru après que nos troupes soient parties ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 18:06

Dès que le Général Butler est informé de l’action, il se rend à Hampton, dans le but d’envoyer des chariots et des ambulances pour les malades et les blessés, et pour se joindre en personne à l’expédition. Son cheval a nagé dans l’Hampton Creek alors qu’il traverse en bateau. Les nouvelles de la fin des combats arrivent bientôt, et Butler reste à Hampton pour accueillir les blessés, qui sont envoyés par bateau à Fort Monroe21.


21 Ce récit de la bataille de Bethel a été préparé pour un exposé écrit du Général Peirce pour l’auteur, en Février 1865 ; et tiré du Rapport du Général Butler au Général-en-Chef, 10 Juin 1861 ; des Rapports des Colonels Duryée et Allen et du Capitaine Kilpatrick, 11 Juin 1861 ; des Ordres du Général Peirce, 9 Juin 1861 et d’une lettre du même au Directeur du Boston Journal, 3 Août 1861 ; du Rapport du Colonel D H Hill au Gouverneur Ellis de Caroline du Nord, 11 Juin 1861 ; et du Rapport du Colonel Magruder, 12 Juin 1861 et d’une correspondance avec le Richmond Despatch, 11 Juin 1861.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Ven 24 Juin - 18:09

La bataille à Bethel, avec ses résultats désastreux, surprend et mortifie la Nation, et l’assurance du Commandant du Département Militaire, que « nous avons plus gagné que nous n’avons perdu », n’est pas acceptée, à ce moment, comme une conclusion juste. « Nos troupes », dit-il, pour appuyer son propos, « ont appris à avoir confiance en elles-mêmes sous le feu ; l’ennemi a montré qu’il ne nous affronterait pas en terrain découvert, et nos officiers ont appris en quoi leur organisation et leur entraînement sont inefficaces ». Mais le Peuple n’est pas satisfait. Son chagrin doit être apaisé. Il est ressenti que quelqu’un doit en être blâmé, et le coupable sur qui faire endosser la responsabilité est sincèrement recherché. Le Commandant du Département, le chef sur le terrain et les ‘têtes’ des régiments, sont tous critiqués chacun à leur tour, tandis que la bravoure des troupes est correctement exaltée. Si parfaits qu’aient été les services de Butler à Annapolis et Baltimore, éclipsés et obscurcis par ce nuage désastreux, la confirmation de sa nomination au rang de Major Général n’est obtenue qu’avec 2 voix au Sénat, et ceci malgré les efforts du Sénateur Baker, qui devait bientôt tomber en sacrifice, à cause de l’incompétence ou quelque chose de pire. Le poids le plus lourd de responsabilité finalement retombe, dans la compréhension de l’affaire par le public, sur le Général Peirce ; mais, nous sommes satisfaits, après une enquête minutieuse, sans justice. Durant le restant de ses trois mois de service, lorsqu’il commandait à Hampton, il a supporté la charge de haine en souffrant, ce qui lui a fait presque perdre la raison, mais avec la dignité de l’innocente conscience. Ensuite, il s’est enrôlé pour 3 ans comme simple soldat. Il est parvenu rapidement au rang de commandant de régiment et a rendu des services signalés au Maryland, en Virginie, au Kentucky, au Tennessee et au Mississippi. Lors d’une des sévères batailles de la Péninsule de Virginie, que nous verrons plus tard, il est choisi par le Général Richardson pour effectuer le plus périlleux service devant une lourde batterie rebelle, qui tire une centaine de coup à la minute. Tandis qu’il agite son sabre et crie à son Régiment, « Au pas rapide ! Suivez-moi ! » Son bras gauche est arraché de son épaule par un obus de 32-livres, qui coupe un homme en deux juste derrière lui. Peirce a été un vaillant et fidèle soldat pendant toute la guerre, et il mérite les remerciements reconnaissants de ses compatriotes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 11:38

En regardant la bataille de Bethel, à la lumière des événements contemporains et ultérieurs, l’historien est contraint de croire que le désastre ce jour-là est plus imputable à l’empressement d’un Général pour agir, et sans expérience pour le faire, plutôt qu’à d’éventuels manquements individuels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 11:40

L’auteur a visité le champ de bataille de Great Bethel au début de Décembre 1864, accompagné du père du Lieutenant Greble et de son ami (F J Dreer), qui était avec lui pour ramener à la maison, le corps sans vie de son fils. Nous sommes arrivés à Fort Monroe le dimanche matin (le 11 Décembre 1864) et après avoir pris un petit déjeuner au Hygeian Restaurant, près du Quai Baltimore, nous avons appelé le Général Butler, qui était alors à la tête du Département militaire de Virginie et de Caroline du Nord. Il était à ses quartiers dans la forteresse, et se préparait à faire voile avec la mémorable expédition contre les forts à l’embouchure de la Cape Fear River, et dans la ville de Wilmington, si fameuse comme port principal pour les forceurs de blocus. Le Général Butler nous a invités à l’accompagner, et de profiter volontiers de l’occasion de devenir les spectateurs de l’une des scènes les plus exaltantes de la guerre. En attendant pendant 2 ou 3 jours le départ de l’expédition, nous avons visité le champ de bataille de Big Bethel, le site de Hampton et les hôpitaux et les écoles dans les environs de Fort Monroe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 11:52

Seize ans auparavant (en 1848), l’auteur, rassemblant du matériel pour son Pictorial Field-Book of the Revolution, avait visité Hampton et la forteresse, et parcouru la route de Yorktown jusqu’à la côte, route sur laquelle s’est déroulée la bataille de Big Bethel. L’aspect de chaque chose a maintenant changé. La région, alors densément peuplée et bien cultivée, est aujourd’hui désolée et dépeuplée. Le beau village de Hampton, qui comptait une population d’environ 1'400 âmes lorsque la guerre a éclaté, a été dévoré par les flammes ; et la vénérable église St John, construite à la lointaine époque coloniale, représentant une pittoresque relique du passé bien conservée, est maintenant une ruine mutilée et noircie, avec l’ancien mur de briques entourant la cour qui était inclus dans la ligne de fortifications érigée par les troupes Fédérales. L’emplacement de la ville est couvert de cabanes grossières, toutes occupées par des nègres libérés de l’esclavage ; et les cheminées de beaucoup de majestueux manoirs, occupés l’été par quelques unes des familles les plus riches de Virginie, qui venaient chercher le confort en bord de mer, servent maintenant au même usage pour une cabane de seulement quelques pieds carrés en surface. Seul le Palais de Justice et 7 ou 8 autres bâtiments sur les 500 que comptait le village, ont échappé à l’incendie allumé par le Général Magruder juste après minuit, en ce 7 Août 1861, lorsque les troupes Fédérales se sont repliées de l’autre côté de l’Hampton Creek. Dans ce Palais de Justice, en partie endommagé, nous avons trouvé deux jeunes femmes du Vermont, sérieusement occupées à instruire les enfants des affranchis. Dans la rue principale du village, où nous nous rappelions avoir vu de beaux magasins et de belles habitations en briques, il ne reste plus que des misérables huttes, dont les cheminées sont construites avec les briques des édifices en ruines. C’est une vue très triste. Les dessins, faits par l’auteur, donnent une idée de la désolation apparente de cette ville jadis florissante, sur laquelle le rouleau compresseur de la guerre a terriblement roulé au début des combats.

Vue de la rue principale d'Hampton en 1864.22

Ruines de l’Église St John23.

Cabane et cheminée


22 Ceci est une vue de la rue principale, regardant vers le nord-ouest et l’ancienne église dont les ruines sont visibles sur la gauche de la gravure, à l’arrière plan. Les trois huttes sur le devant se trouvent sur le site des magasins Adler, Peake & Armistead, marchands d’Hampton. Celle avec le scieur de bois est l’échoppe d’un barbier.
23 Ceci est une vue à partir de la route de Yorktown qui montre l’entrée principale de l’église. Près de cette entrée, nous apercevons un monument érigé à la mémoire de la fille du Révérend John McCabe, qui était le Recteur de la paroisse, en 1853, lors de la visite de l’auteur à Hampton.


Dernière édition par William Y W Ripley le Sam 25 Juin - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 11:56

Le lundi 12 Décembre 1864, un jour froid et de tempête, nous avons visité le champ de bataille de Bethel, accompagné du Docteur Ely McClellan, de Philadelphie, qui est alors le chirurgien en charge des hôpitaux de Fort Monroe et Directeur Médical Adjoint du poste. Dans un chariot léger, tirés par deux chevaux plein d’entrain appartenant au Docteur, nous avons effectué un voyage d’environ 25 miles durant le court après-midi, assisté de 2 cavaliers armés pour éloigner les ‘bushwackers’ ou les rôdeurs sécessionnistes dont est infestée la région. La route est bonne et traverse une contrée presque plate, s’élevant graduellement à partir de la côte. Le Docteur McClellan connaît très bien la région et attire notre attention sur chaque localité digne d’intérêt sur notre itinéraire. A quelques miles de Hampton nous passons un petit village d’affranchis. Puis nous arrivons à l’endroit, dans un bois, où la collision entre les troupes de Bendix et Townsend est survenue ; et à 1 mile environ plus loin nous arrivons sur le site de Little Bethel et des ruines du manoir Whiting24. Quelques miles encore plus loin, nous sommes au point où les troupes de l’Union ont formé la ligne de bataille pour l’attaque finale contre les insurgés à Great Bethel. Tout près se trouve une maison de briques, utilisée par le Général McClellan comme quartier général, un jour ou deux en 1862 ; et sur le côté de la route, une demeure plus humble, occupée par quelques femmes de couleur, dont l’une d'elles a plus de 80 ans. Elles vivaient tout près d’ici au moment de la bataille. « La Loi divine nous a maintenues en vie ! » a dit la vieille femme, « nous avons été puissamment secouées, mais nous pensons tout le temps que c’est le Seigneur qui nous est venu en aide ».


24 Voir note No.13.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 12:02

Un demi-mile plus loin, nous atteignons le Country Bridge à Great Bethel, où le cours d’eau, s’élargissant en un marécage de chaque côté du pont, n’a que quelques pieds de large. Nous visitons le reste des redoutes et retranchements de Magruder et de l’église de Big Bethel ; et des talus de la redoute principale, à l’ouest du pont, est fait le dessin ci-joint du champ de bataille. En repartant, nous empruntons la route de la Back River, qui passe à travers une plaisante contrée, avec des maisons agréables et des champs cultivés, qui semblent n’avoir que peu souffert des effets de la guerre. L’orage est passé lorsque nous avons atteint la Southwest Branch et le restant du voyage a été effectué dans la lumière d’une lune sans nuages.

Le champ de bataille de Big Bethel25.


25 Sur cette vue nous voyons l’emplacement du Country Bridge, occupé par une structure grossière temporaire. Au premier plan, on aperçoit les restes de la redoute et sur la droite le marécage boisé. Sur la route, à droite du grand arbre, près du centre de la gravure, se trouve la position de la batterie Greble, et sur la gauche c’est le bois où les Fédéraux se sont abrités. Au milieu du dessin on voit l’espace ouvert où Townsend a été trompé par un malentendu ; et à distance, la cheminée d’une maison détruite par un obus Confédéré envoyé de l’endroit où a été réalisé le dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 12:08

Nous avons passé la journée du mardi parmi les ruines à Hampton et aux alentours, visitant les écoles et les hôpitaux et faisant des dessins. Parmi ceux-ci, le dessin de la redoute à deux canons (érigée, comme nous l’avons vu, à l’extrémité est du Hampton Bridge, par ordre du Général Butler) avec une vue de la ville désolée. Près du pont, de ce côté de la rivière, se trouvent les résidences de plusieurs hommes riches, qui occupaient alors des offices publics. Celle où loge le Docteur McClellan, appartient à Mallory, le dénommé « Ministre Confédéré de la Marine ». Un peu plus bas, il y a la maison de l’ancien Président Tyler ; et tout près de celle-ci, le manoir spacieux et au style plus ancien du Docteur Woods, qui est alors avec les ennemis de notre Gouvernement, et dans lequel plusieurs femmes Quaker, de Philadelphie, ont établi un orphelinat pour enfants de couleur. La résidence de Tyler est le logement de plusieurs des enseignants des enfants d’affranchis, ainsi que d’autres personnes engagées dans le bénévolat.

Restes de la redoute à Hampton Bridge26.


Résidence d’été de l’ancien Président Tyler.


26 Sur cette vue, le nouveau pont d’Hampton et les restes de l’ancienne redoute sont visibles, avec le village en ruines derrière. Le dessin est réalisé à partir de la galerie d’une pension d’été près du pont.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 12:11

A notre retour à Fort Monroe, le soir, nous recevons l’ordre de monter à bord de l’USS Ben Deford, un inébranlable vapeur maritime, qui servira de quartier général à Butler durant l’expédition sur le point de partir. Le lendemain vers midi, nous quittons le quai, prenons la mer avec une vaste flotte de navires de transport et au coucher du soleil nous sommes descendus bas le long des côtes de Caroline du Nord, en vue de son rivage. Nous sommes en compagnie de militaires, les Généraux Butler, Weitzel et Graham avec leurs officiers d’état-major respectifs et le Colonel (par la suite Général) Comstock, le représentant du Général Grant. Nous sommes les seuls civils, à l’exception de Mr Clarke, directeur d’un journal de Norfolk. Le récit des événements de cette expédition pourra être lu plus tard dans la suite de cet ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 21:38

Après la bataille de Big Bethel, rien de très important n’est arrivé à Fort Monroe et dans ses environs pendant le restant de l’administration du Général Butler pour les affaires militaires de ce Département, administration qui prend fin le 18 Août 1861… excepté l’incendie de Hampton, le 7 de ce mois-là. Il n’est pas clairement perçu que les insurgés sont terriblement sur des charbons ardents, et qu’une lutte acharnée est à portée de main. Il est évident que leurs forces et leurs ressources ont été sous-estimées. Avant que tout mouvement sur Richmond, voire dans toute autre direction à partir de Fort Monroe, ne soit entrepris, une grosse augmentation dans les effectifs et dans la quantité de munitions de guerre est nécessaire ; et tout ce que le Général Butler est capable de faire, en absence de ces deux choses, est de tenir la position à Newport-Newce et au village d’Hampton. Le 1 Juillet, ce village est officiellement occupé, et le Général Peirce est placé au commandement du camp qu’y est établi. Sous sa direction, une ligne de retranchements est établie, s’étendant de l’Hampton Creek jusqu’au-delà des marais de la Back River, dont une partie des retranchements, comme nous l’avons vu, inclus les murs de la cour de la vieille église. Une grande partie des esclaves fugitifs qui sont passés dans les lignes Fédérales sont employés à la réalisation des travaux. Des troupes du Nord continuent à arriver mais en petit nombre, et le spacieux édifice de la « Chesapeake Female Seminary », s’élevant au bord de l’eau et dominant Hampton Roads, est occupé et utilisé comme hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 21:41

Butler commence à espérer avoir suffisamment de troupes pour effectuer quelques mouvements agressifs, lorsque survient la désastreuse bataille de Bull Run (le 21 Juillet 1861) qui anéantit ses espoirs. Le Général-en-Chef s’appuie sur lui pour obtenir des hommes affectés à la défense de Washington, si bien que Butler est obligé de réduire la garnison de Newport-Newce et d’abandonner Hampton. Ce dernier mouvement inquiète les « contrebandes » qui s’y trouvent, sous la protection du drapeau de l’Union ; et quand les régiments empruntent le pont de Hampton, un soir de clair de lune, ces fugitifs les suivent _ hommes, femmes, enfants _ emportant avec eux tous leurs biens terrestres. « C’était un spectacle des plus intéressants », a écrit le Général Butler au Ministre de la Guerre, « que de voir ces pauvres créatures, qui croyaient en la protection des armes des Etats Unis, et qui aidaient les troupes Fédérales dans leur entreprise, ainsi obligés de fuir leurs foyers, et les maisons de leurs maîtres qui les avaient désertées, et de redevenir des fugitifs de peur du retour des soldats rebelles, qui ont menacé d’abattre les hommes qui ont travaillé pour nous, et d’emmener les femmes qui nous ont servis et de les soumettre à une servitude encore pire que celle des Egyptiens ». C’est dans cette lettre (du 30 Juillet) que le Général Butler avait posé l’importante question, « Premièrement, que doit-on faire de ces fugitifs ? Et deuxièmement, quel est leur statut et leur condition ? » Puis suit le consentement du Gouvernement à les considérer comme « contrebande de guerre », sujet dont nous avons parlé auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 21:49

Nous avons observé que la population loyale de la région est grandement déçue et mortifiée par l’affaire de Big Bethel. Cette déception et cette contrariété sont quelque peu atténuées par une victoire sur des troupes Confédérées à Romney, dans le comté d’Hampshire, dans le nord-ouest de la Virginie, victoire obtenue par un détachement du 11ème Indiana (des Zouaves), commandé par le Colonel Wallace, qui a réussi la rapide organisation du premier régiment de volontaires de cet Etat27. Ce Régiment, en matériel, en comportement, en entraînement et en discipline, est considéré comme l’un des meilleurs de l’Etat. Ses Couleurs ont été offertes par les dames d’Indiana lors d’une imposante cérémonie28, et des prédictions ont été faites, concernant ses futurs états de service et elles n’ont jamais été déçues29. Le 11ème espérait accompagner les troupes d’Indiana et d’Ohio, que le Général McClellan avait envoyé en Virginie Occidentale, mais au lieu de cela, il est parti pour Evansville, sur l’Ohio River, dans le sud de l’Indiana, pour servir comme force de police en empêchant du ravitaillement et des munitions de passer au Sud, et en protégeant cette région d’une menace d’invasion. Le Régiment s’irrite de cette relative inaction, avec un ardent désir de servir sur le champ de bataille, et il se réjouit d’un ordre émis le 6 Juin, par le Général-en-Chef, « de rejoindre par train Cumberland, au Maryland et de se mettre à la disposition du Major Général Patterson », ensuite quittant la Pennsylvanie pour marcher sur Harper’s Ferry, où les insurgés sont en force, aux ordres du Général Joseph E Johnston. Cet ordre est le résultat du pressant ennui du Colonel Wallace et de ses amis, de ne pas permettre à ce fin régiment de connaître le service actif. Durant les quelques semaines où il a campé à Evansville, il a été soigneusement entraîné à la plus sévère discipline.



27 Le Régiment de Wallace est le type même des Volontaires d’Indiana qui représentent le quota de cet Etat. C’est la réunion d’ouvriers, de fermiers, d’hommes de loi, de docteurs et de membres du clergé. Ils sont tous jeunes et plein de vie et ambitieux, vifs, astucieux et entreprenants. Le Régiment a adopté l’uniforme de Zouaves de la Compagnie de Crawfordsville du Colonel Wallace. La couleur est encore grise, avec un étroit liseré rouge sur la veste et au sommet du petit képi. La chemise est en flanelle bleu foncé. Les ZOUAVES, dont est tiré leur nom, sont un corps de soldats Algériens, que les Français ont incorporés dans leur Armée après la conquête de l’Algérie. C’est un groupe d’hommes sauvages et insouciants, dans un uniforme pittoresque, et remarquable par leur parfaite discipline et leur tactique particulière. Les Zouaves natifs finalement ont disparu de l’Armée Française, mais leur costume et leur tactique ont été conservés. Quand les régiments de Zouaves Français ont rendu d’éminents services en Crimée et ont gagné une immense popularité, Wallace et Ellsworth ont ramené l’uniforme et le système de manœuvres dans ce pays, et au début de la Guerre Civile bon nombre de volontaires ont adopté la tenue et le nom.
28 La présentation des couleurs s’est déroulée devant le Siège de l’Etat à Indianapolis. Les dames de Terre Haute ont présenté le drapeau national et celle d’Indianapolis le drapeau régimentaire. Chaque présentation a été accompagnée d’un discours, auquel le Colonel Wallace répondait. Il s’est ensuite tourné vers ses hommes, leur rappelant la tache imméritée que Jefferson Davis avait jetée sur la renommée militaire des Indianiens en relation avec la bataille de Buena Vista, et les a exhorté à se souvenir de cette ignoble calomnie et de se consacrer eux-mêmes tout spécialement à la revanche. Ensuite il les invite à s’agenouiller, et tête nue et la main levée, tous prêtent serment « de se tenir près du drapeau et de se rappeler Buena Vista ! » Ils l’ont fait comme un seul homme. Ce fut une scène des plus impressionnantes. Tout a été fait spontanément et sans concertation. Les ‘hourrah’ de la vaste assemblée de spectateurs remplissaient l’air tandis que les soldats se relevaient ; et « Remember Buena Vista » (Souvenez-vous de Buena Vista) est devenu la devise du Régiment.
29 Une grande partie des membres de ce régiment sont devenus officiers durant la guerre, et chaque membre des Montgomery Guards _ la Compagnie d’origine de Zouaves de Wallace, qui l’accompagnait partout en service _ a reçu une commission. Celles-ci allaient du rang de Second Lieutenant à celui de Major Général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
William Y W Ripley



Nombre de messages : 344
Age : 60
Localisation : Sud-Ouest
Points : 410
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Sam 25 Juin - 21:51

Le lendemain de la réception de l’ordre, Wallace et son Régiment ont traversé rapidement l’Indiana et l’Ohio par chemin de fer, et ont été accueillis partout par les manifestations les plus chaleureuses de bonne volonté. A Grafton, ils ont reçu des munitions ; et la nuit du 9 Juin 1861, ils ont atteint les environs de Cumberland, où ils sont restés, près des berges du Potomac, jusqu’au lendemain. Son avènement étonne tout le monde, et fait plaisir aux Unionistes, car il y a une force rebelle à Romney, à seulement un jour de marche de Cumberland, d’environ 1'200 hommes à ce qu’on raconte ; tandis qu’à Winchester se trouve une force encore plus nombreuse. Le Général Morris, à Grafton, a averti Wallace de la proximité de ces insurgés et lui conseille de se montrer vigilent. Wallace pense que la meilleure sécurité pour ses troupes et pour le chemin de fer, est de mettre ses ennemis sur la défensive, et il se résout à attaquer ceux qui se trouvent à Romney. Il se procure deux guides, dignes de confiance, à Piedmont, par lesquels il apprend qu’il existe une rude et périlleuse route de montagne, peu fréquentée, et probablement pas gardée, menant de New Creek Station, à l’ouest de Cumberland, jusqu’à Romney, sur une distance de 23 miles. Il décide d’emprunter cette route de nuit pour surprendre les Confédérés, avant qu’ils ne puissent planter leurs tentes n’importe où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://days-events.blogvie.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866   Aujourd'hui à 8:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de la Guerre Civile de Benson J Lossing de 1866
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 03/12/1944 : Guerre civile grecque
» La DGM une guerre civile européenne ?
» Espagne : Guerre civile
» La guerre civile russe, 1917-1921.
» survivre en cas de guerre civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BOOKS ET AUTRES MEDIAS :: HISTOIRE-
Sauter vers: