Aller en hautAller en bas


Vous êtes le Visiteurs
 
PortailPortail  AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Mar 15 Jan - 18:20

Les succès remportés par les armées de Lee pendant la campagne du Maryland étaient à la base des projets britanniques et étaient la condition sine qua non de leur réalisation.

Le 17 septembre, Lee subissait un échec à Antietam et battait en retraite, abandonnant son plan d'invasion des Etats du Nord par le Maryland. La nouvelle de cette défaite n'arriva en Europe que tout
à la fin du mois. Palmerston, qui commençait à craindre les réactions du Nord à une offre de médiation et tremblait pour le Canada, demanda à Russell, le 2 octobre, de postposer l'intervention et de se
borner à en faire une « suggestion amicale »43.

Russell cependant, sensible à la crise cotonnière et à la pression du vaste secteur de l'opinion publique très favorable au Sud, ne changea que légèrement ses plans et le 7 octobre, Gladstone prononçait son fameux discours de Newcastle dans lequel il déclarait qu'on pouvait « prévoir avec certitude le succès du Sud au moins en ce qui concerne sa séparation d'avec les Etats du Nord » **.

A cette époque donc, malgré la défaite de Lee et les hésitations de Palmerston, deux des principaux membres du Cabinet étaient très favorables à l'intervention. George Cornwall Lewis prit alors la tête
de l'opposition au sein du Cabinet, faisant circuler des memoranda divers en réponse aux arguments de Russell45. Le 22 octobre, Palmerston faisait part à celui-ci de ses nouvelles résolutions attentistes
devant l'échec militaire de Lee. « Je suis enclin à changer, lui écrivaitil, l'opinion au sujet de laquelle je vous avais écrit lorsque les Confédérés semblaient tout emporter devant eux, et j'en reviens beaucoup
à notre vue originale sur la matière, à savoir que nous devons continuer à être simplement des spectateurs jusqu'à ce que la guerre ait pris une tournure plus décisive. ** »

A ce moment, le Roi Leopold avait déjà pressenti l'Empereur et celui-ci envisageait sérieusement de prendre la tête du mouvement interventionniste, mais « si Palmerston n'avait pas changé d'opinion,
les circonstances elles avaient changé » ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Mar 15 Jan - 18:21

43 F. L. OWSLEY, op. cit., p. 347.
44 Ce discours fit l'effet d'une bombe et d'une déclaration quasi-officielle du gouvernement anglais. Charles Francis Adams {The Crisis of Foreign Intervention in the War of Secession...) a avancé l'opinion que Gladstone comptait ainsi forcer la main de ces collègues.
45 F. L. OWSLEY, op. cit., pp. 348-350.
46 H. Palmerton à J. Russell - 22 octobre 1862 (Russell Papers, idem).
47 F. L. OWSLEY, op. cit., p. 351.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Mar 15 Jan - 18:25

Russell n'avait toujours pas renoncé à son projet et, avec l'appui de Gladstone soucieux de mettre fin à la crise du Lancashire, il fit circuler une réponse aux notes de Lewis. De longues discussions se
poursuivirent jusqu'à la fin du mois d'octobre, Palmerston craignant de plus en plus une réaction violente du Nord. Le 31 octobre, Lord Cowley informait son gouvernement des intentions françaises et le
Cabinet décidait de se réunir le 11 novembre. En attendant cette réunion, les trois tendances se firent à nouveau jour : Russell poussant à l'action malgré un nouveau memorandum de Lewis tandis que Palmerston était de plus en plus partisan de la temporisation. On sait le sort que la séance du Cabinet réserva à la proposition de médiation conjointe. Russell excusa son attitude par le refus de la Russie et la crainte d'un conflit avec les Etats du Nord*8.

L'empereur avait fait publier, dès le 10 novembre, la nouvelle de son offre dans le Moniteur et les organes gouvernementaux. Le 13, averti du refus anglais, il fit publier le texte complet de ses notes, laissant ainsi à la Grande-Bretagne la responsabilité d'une crise désastreuse pour l'industrie européenne. Les diplomates du Sud crurent un moment que Napoléon III agirait seul mais cet espoir déçu, ils essayèrent d'entraîner l'Empereur à agir sans attendre l'appui anglais.

Le mouvement interventionniste qui s'était dessiné depuis leprintemps de 1862 échouait donc à la suite de la volte-face subite du Cabinet de Saint-James. Le Roi Leopold, qui n'avait agi que persuadé du soutien de Palmerston, se montra vivement irrité de l'attitude de ce dernier et fit aussitôt part de son mécontentement à Victoria.

« J'ai vu avec regret, lui écrivait-il le 20 novembre, votre cabinet donner une fin de non recevoir à la proposition française. Je suppose qu'ils craignaient que cela ne nuise aux élections. L'Empereur a fait
la chose un peu brusquement. En elle-même, une médiation n'est rien de plus qu'une offre d'amener un arrangement et de toute façon ne pourrait jamais, dans le cas présent, être considérée comme une mesure hostile. Le refus de la part des Américains aurait naturellement conduit à la reconnaissance du Sud. A présent, votre gouvernement admet que les deux parties sont belligérantes; reconnaître cela implique dès à présent que les Etats du Sud sont indépendants, puisqu'aucune partie des Etats ne pourrait faire la guerre au reste, de cette façon régulière, sans être indépendante de l'autre partie. »

Après avoir posé ainsi le principe de l'indépendance de facto des Etats Confédérés, le Roi s'attachait aussi à montrer à sa nièce l'intérêt qu'aurait l'Angleterre à consacrer officiellement la séparation des Etats de l'ancienne Union américaine et à mettre ainsi fin à une concurrence commerciale qui risquait de devenir menaçante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Mar 15 Jan - 18:26

48 F. L. OWSLEY, op. cit., pp. 351-356; E. ADAMS, loc. cit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Mar 15 Jan - 18:27

FIN PROVISOIRE PAGE 146
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR   Aujourd'hui à 21:52

Revenir en haut Aller en bas
 
LEOPOLD 1er ET L'INTERVENTION EUROPEENNE DANS LA CIVIL WAR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» convention intervention professeur dans le primaire
» L’Union Européenne, Super-État - Future Base de L’Antichrist !
» Intervention EMS (équipe mobile de sécurité) dans une classe... Qui a connu ça ?
» LILOU [trou dans le palais apres op ??]
» Interventions de l'Esprit-Saint dans nos vies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BOOKS ET AUTRES MEDIAS :: HISTOIRE-
Sauter vers: