Aller en hautAller en bas


Vous êtes le Visiteurs
 
PortailPortail  AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES LAMPES DE CAMP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: LES LAMPES DE CAMP   Dim 20 Avr - 19:05

Les lanternes type bougeoir sous verre si elle sont généralement de bonne augure pour la reconstitution, ne sont pas vraiment le type top de l'équipement de campement.

Sans toucher le domaine du bougeoir portatif, je vous propose donc ici de vous montrer ceux à quoi ressemblait ces luminaires de la civil war:

voici une lanterne en fer blanc de campagne:



NORDISTE celle là bien sûr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Dim 20 Avr - 19:09

Et voici un autre modèle:



Les lanternes à verre, n'étaient pas données à l'époque et étaient jugées trop fragile pour le transport, ce qui explique l'utilisation de ces boîtes de concerves perforées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 26 Juin - 21:57

L'article est intéressant et vient en complément des éléments ci dessus donnés:

"Vous avez là des lanternes d'époque CW ou circa.
Par contre ne lisez pas les commentaires, ils sont bourrés d'erreurs.

La lanterne de parade électorale est totalement inadéquate pur un camp, elles étaient utilisés pour les processions lors des campanes électorales.
Admindada doit être prolincoln

Mais là, c'est trop MDR, dixit admindada:
Les lanternes à verre, n'étaient pas données à l'époque et étaient jugées trop fragile pour le transport, ce qui explique l'utilisation de ces boîtes de concerves perforées

Sur les lanternes en verre, elles sont pas bonnes, donc, ils en ont et en sont fiers, cf le topic "un mars et ça repart".
Si quelqu'un peu m'expliquer comment on fait pour percer une boite de conserve de l'intérieur vers l'extérieur je lui paye le canon: çà c'est sa spécialité

Une confirmation de plus, il faut faire attention à ce qu'on lit sur la toile.
Les Paul reverse lantern sont en effet accurate mais chiante à trimballer en campagne donc étaient rapidement jetées.
C'était des lanternes de grange, donc peut être les garder pour cet usage ou pour les camps permanents
Il existe un article sur l'éclairage sur le 10 th que j'ai fait relativement sérieux , mais qui peut être amélioré autant partir de là et compléter, plutôt que partir en couilles d'emblée toujours distingué dans le genre
Mais l'article sur le 10th est effectivement pas mal


L'aricle est signé par notre spécialiste de la ferblanterie, toujours aussi sympathique bien sûr, avec des remarques pertinentes, même si la forme reste identique à lui même

Mais même si
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 26 Juin - 22:03

Voici l'article en question:


QUE LA LUMIERE SOIT !

by L.C.Bazoo





Les hommes et femmes du 19e siècle avaient, dans cette période de révolution industrielle, de très nombreux moyens d'éclairage à leur disposition. Cependant, vivant au rythme du soleil, ils s'éclairaient peu, ainsi une bougie servait à éclairer 5 personnes assises à travailler autour d'une table, alors que la "reconstitution" aura tendance à disséminer une pléthore de lampes là où 2 ou 3 bougies suffiraient à donner une meilleure idée d'une ambiance d'époque.







L'éclairage étant relativement cher à cette époque, les gens s'éclairent peu ou utilisent des moyens d'amplification de la lumière tels les globes de verre remplis d'eau, lentilles convexes (bull eye) et les miroirs en fer blanc poli ou en petits carrés de miroirs fixés sur une parabole de fer. De plus, l'intérieur des maisons était souvent blanc pour réfléchir la lumière et le temps n'était pas utilisé comme aujourd'hui. La journée de travail commençait à l'aube pour se finir le soir, à la veillée par des petits travaux d'intérieur. L'éclairage était utilisé le matin pour s'habiller et le soir pour se coucher.



Le feu de camp ou de cheminée, est le moyen d'éclairage le plus répandu à l'époque, à privilégier sur les camps, ça vous économisera les bougies.



Les torches sont un moyen d'éclairage facile à mettre en oeuvre, éclairant bien mais consommant beaucoup et utilisable en extérieur exclusivement. Pour faire une torche il faut un manche en bois entouré de chiffons ou de brindilles qui serviront de support au combustible. Comme combustible, tout matériau inflammable convient: graisses, huiles, essences, poix, résines...



Les noeuds de pin "pine knots" sont allumés dans un panier en fer forgé à mailles larges, je le déconseille vivement en intérieur, bien qu'il ait été utilisé à l'époque. C' est un moyen d'éclairage monté à l'avant des barques pour la pêche de nuit.



Le "rushlight" utilisé surtout au 18 ème ne semble plus trop éclairer les chaumières de la CW. Cependant je pense que son usage est possible car c'est un éclairage peu cher. Il est fabriqué à la ferme en trempant des joncs pelés sur les 3/4 de la circonférence dans du suif chaud, ou de la cire. La mèche ainsi obtenue est fixée dans un chandelier à pince, allumée elle brûle vite avec une fumée mal odorante et peu de lumière. Je doute de son utilisation sur un camp, bien que possible en absence de bougies et s'il y a des joncs à proximité (le rushlight est utilisé jusqu'au 20ème siècle dans les Wales). Sur le même principe, les premiers habitants au 17è, utilisaient des éclisses de bois riches en essence, le candle wood.



La bougie . Elle pouvait être en suif, en cire d'abeille ou en "sperm oil", le spermaceti de cachalot. En France en 1825 apparaissent les bougies stéariques produites par saponification du suif de boeuf et qui sont d'un usage courant en France en 1861. En GB, dans les années 40, apparaissent les bougies faites d'un dérivé de noix de coco et de stéarine ces bougies du prix de celles en suif possèdent des qualités d' éclairage supérieur et brûlent sans odeur. La paraffine, qui est utilisée pour la première fois en 57, voit son utilisation se "généraliser", en Angleterre, en 59, suite à la découverte de puits de pétrole en Pennsylvanie. Mais, aux US, son usage reste incertain bien que très probable. Pour la France il faut attendre les années 1880.

L'armée américaine préférait de loin, pour le malheur des reconstitueurs, le spermaceti de cachalot ou cétine, qui n'existe plus aujourd'hui. Les bougies distribuées aux soldats étaient moulées avec le bout pointu, de couleur blanc diaphane, à surface lisse. La distribution d'autres types de bougies n'est pas connue.

Les civils utilisaient tous les types de bougies disponibles à l'époque avec une préférence pour le suif( graisse de boeuf ou de mouton), puis la cire et enfin le "sperm oil". La cire rare et chère était réservée à l'éclairage des églises et à des usages autres, l'imperméabilisation des vêtements, par exemple. Une cire était extraite de baies, les bayberry, mais, je n'en sais pas plus. De plus, il faut garder à l'esprit que l' approvisionnement pose des problèmes pendant la guerre, donc les bougies manufacturées sont chères à l'achat et que le suif peut être utilisé pour se nourrir.

Elles étaient moulées mais plus souvent faites par trempage ou arrosage.

Il existait des boites à bougies en fer blanc qui les protégeaient des rongeurs, de la chaleur et de l'air, surtout utile avec les bougies en suif.

Le moulage se faisait dans des moules en fer blanc cylindriques finissant coniques sur le bas. . C'est la méthode la plus rapide qui était utilisée par les manufactures et à échelle moindre par le particulier. Le suif est difficile à mouler s'il est pur.

Pour faire les bougies par trempage, il faut tremper, à plusieurs reprises, la mèche lestée d'un petit poids dans du suif ou de la cire chaude, en laissant refroidir entre chaque bain. Quand la bougie est assez épaisse, il faut la rouler sur une surface plane pour enlever les irrégularités.

La méthode par arrosage est identique, sauf qu'on verse le suif chaud sur la mèche, en plusieurs fois aussi.

Les mèches, qui étaient en brins de coton( 2 à 4) ,en lin, en fil, en soie ou en pulpe de jonc. Entortillés, avant la CW, elles brûlaient en charbonnant et nécessitaient de nombreux mouchages. En 1840, les mèches tressées et imprégnées d' acide borique en solution diluée n'ont plus besoin de ces soins et les ciseaux à moucher deviennent obsolètes ( les anciennes mèches resteront quand même utilisées, surtout pendant la CW).



Les lanternes étaient en fer blanc, très rarement en laiton,

avec ou sans vitres. Pour les granges, les vitres en corne étirée à l'eau chaude étaient très courantes, car incassables ce qui est intéressant pour éviter un incendie . Une légende dit que lanterne est une déviation de lant horn.

Les lanternes en bois qui font la richesse des suttlers n'ont, semble

t' il, existé en grand nombre qu'au 20è siècle sur les camps de reconstitution. Je n'en ai vu qu'un seul exemple dessiné dans un livre sur les pirates au 18è siècle ( livre écrit au 20è siècle et pauvrement documenté m'a t' il semblé). La principale raison de ne pas utiliser de bois est le danger d'incendie que cela peut amener.

Les lanternes étaient à main, fixées à demeure (éclairage public) ou d'usage mixte.

Les lanternes sourdes, en fer blanc décoré par des petits trous formant des motifs géométriques, semblent, de par leur sécurité d'emploi, avoir été très utilisée, surtout dans les granges et les étables. Ces lanternes ont un corps cylindrique avec ou sans: vitres, porte, système de suspension, déflecteur de chaleur conique sur le dessus.

Les autres lanternes étaient de forme carrée ou ronde, pourvues d'une ou plusieurs vitres, avec ou sans : porte, réflecteurs de lumière, système de suspension. Elles pouvaient comprendre des parties en fer ajouré ( cf lanternes sourdes). Les lanternes de forme ronde avaient des verres du type lampes à pétrole sur pied, bombés ou pas à la base ou des vitres en mica.

Dans tous les cas, se référer à l'article sur les quarts pour les systèmes de construction en fer blanc. Se méfier des lanternes pliantes triangulaires, elles sont réglementaires guerre de 14 -18, bien que leur construction ait été possible, par un artisan, durant la CW.

A l' intérieur, elles contenaient un système amovible ou fixe pour tenir la bougie ou une petite lampe à huile qui est exceptionnellement pourvue d'un verre.

L'utilisation de la lanterne en camp temporaire, surtout par l'armée, me semble être une erreur historique à cause de l'encombrement excessif pour le soldat.



Les bougeoirs étaient de formes et de constructions très variés. Les bougeoirs pouvaient être en fer blanc( le plus courant), en fer forgé (dont le modèle de mine qui pouvait être planté dans un mur), en bois, en laiton, en porcelaine, etc.

La forme reste classique. C'est en général une coupelle avec un anneau pour passer le doigt et fixé sur la coupelle un système en forme de tube qui tient la bougie. Il peut y avoir un moyen de monter la bougie, un verre cylindrique bombé ou pas à la base et un réflecteur de lumière, voire même un amplificateur. Il existait des chandeliers avec réserve d'allumette ou cache à striker.

On voit p137 de fighting men of the CW, un double chandelier de voyage en laiton, adapté pour le soldat en campagne. Il existait aussi des petites boites en fer blanc qui une fois ouverte contiennent un bougeoir, une réserve de bougie et d'allumettes et un grattoir. C'est ce que j'utilise et j'en suis content.

Hormis les 2 systèmes portables ci dessus, je conseille la lecture de "Hard tack and coffee" . Le soldat, d'après cette source primaire, utilisait comme bougeoir: sa baillonette, une patate creusée ou il collait la bougie sur une caisse, le fond du quart etc ... Eviter la cartouchière, ça ébloui !



Les lampes à graisse du type bec de corbeau étaient utilisées depuis le Mayflower aux US. On en trouve encore beaucoup, dans les maisons, durant la CW (et pendant tout le 19ème dans certaines régions françaises) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 26 Juin - 22:03

La forme reste traditionnelle, très souvent avec un manche recourbé vers le haut, une chaîne et un crochet pour la suspendre. Elles ont très souvent un couvercle, parfois un pied ou un déflecteur. Elles sont à un, deux ou trois étages avec de une à quatre mèches .

Les plus nombreuses étaient en fer blanc, en fer forgé, en étain parfois en poterie, en verre ou en porcelaine de chine, cas plus rare. Les préférer en fer qui, de par sa propriété de transmission de la chaleur permet de liquéfier la graisse qui peut ainsi, par capillarité monter dans la mèche. Dans tous les cas a ne pas utiliser sous la tente pour des raisons de sécurité.

Ces lampes, à réserver au habitats permanents, se fabriquent toujours. Il faut se méfier de certaines imitations d'origine par trop exotiques ( magasins Exopotamie par exemple).

Ces lampes ont des noms différents selon leur forme.

La pan lamp est la plus simple, c'est un bol peu profond rempli de graisse avec une ou plusieurs mèches prises dans la masse et reposant sur le bord. Un exemple de Collector's Illustrated Encyclopédia of the Américan Révolution est carré avec les quatre coins pincés pour pouvoir porter les mèches. Elle possède un étrier de fixation riveté sur le bol et un crochet de fixation.

La crusie lamp est un bol de métal forgé dans de la feuille de fer sur une matrice en forme de coquille avec une des extrémités affinée pour recevoir la mèche . Sur la coquille est fixée un manche recourbé avec un crochet qui sert à suspendre la lampe. Elle peut avoir un couvercle et un porte mèche. C'est la lampe à bec de corbeau.

la Phoebe lamp ou double crusie est une amélioration de la précédente. En effet, avec la crusie et la pan, la graisse fondue remonte la mèche plus vite qu'elle ne brûle, d'où perte de combustible et risque d'incendie. Pour éviter ce désagrément, il a été rajouté un second bol identique sous le premier pour récupérer les excédents, c'est la Phoebe.

la Betty lamp, plus typique américain est en fer blanc, en plaque de fer et rarement en laiton. Un jour, quelqu'un à rajouté un porte mèche en forme de gouttière à 45° qui permettait aux excédents de graisse de retourner dans la lampe et chauffait la mèche, et un couvercle , la Betty est née. Avec un pied bougeoir à long col c' est l' Ipswitch Betty Lamp.

Toutes ces lampes avaient un manche plat généralement recourbé sur le dessus, il pouvait y avoir un double système pour les pendre crochet et pique pour les poutres. Comme sur ces lampes la mèche en coton , lin ou chanvre torsadés doit être réglée constamment il y a souvent accroché par une petite chaîne, une pique pour régler la hauteur de flamme.

La graisse utilisée est d'origine animale: boeuf, porc, mouton, elle est de préférence non consommable. Ces lampes peuvent être utilisées avec de l'huile.

Ces lampes présentent un risque important d'incendie, ce qui me fait les déconseiller.

Les soldats récupéraient le lard fondu de cuisson , le mettait dans une boite de sardines à l'huile( qui étaient très différentes de celles rencontrées aujourd'hui), ils faisaient une mèche et voici une lampe improvisée, c'est la slush lamp.

Vous pouvez aussi mettre dans le quart de l'eau et 1 ou 2 cm d'huile puis faire un petit rond de papier journal( reproduction de journaux d'époque exclusivement), en faisant un petit tortillon de papier au milieu de 0,5 cm. Vous mettez le papier sur l'huile et vous allumez. Ce système existait, et existe toujours, sous forme de veilleuses flottant sur une rondelle de liège.



Les lampes à huile de baleine ou sparking lamp sont caractérisées par un réservoir de forme variée, rond, ovale, en forme de demi bouillotte etc. Il est en fer blanc, étain, verre ou porcelaine . Elles peuvent avoir bouchon de remplissage, poignées, réflecteurs et verre.

Le porte mèche est cylindrique de 3 cm env. de haut et 0,8 cm de diamètre en fer blanc. Sur les lampes avec bouchon de remplissage les portes mèches sont soudés au corps de la lampe .Sur les autres, ils sont emboîtés dans un bouchon en liège qui est , sur certains modèles américains, pris en sandwich entre 2 feuilles de fer blanc. Sur les bouchons en fer blanc ou en laiton filetés ( après 1800 )un petit trou était ménagé comme prise d'air. Il y a le plus souvent de 1 à 3 portes mèche, voire plus sur les modèles bouillotte mais 2 est le pluriel le plus courant. Ils sont toujours parallèles entre eux.

La mèche tressée ou filé est en coton . Il n'y a pas de mollettes pour régler la hauteur de mèche mais souvent une petite pique en fer forgé. Nombreux sont les modèles avec 2 tubes a moins d'un cm l'un de l'autre pour avoir une seule flamme plus belle que deux petites. Certaines portent un éteignoir de mèche mais rarement de verre de lampe.

Il existait des lampes munies d'une lentille convexe qui concentre et dirige la lumière. Ces lanternes dites "bull's eye" était particulièrement utilisées par les guetteurs et autres surveillants, en marine et dans la police par exemple.

Il existait de nombreux autres types de lampes à huile comme la lampe Argand( 1784 jusqu'au début du 20è siècle). Cette lampe possède une mèche tressée tubulaire serrée entre deux tubes qui permettent à l'air d'arriver à la flamme et un verre faisant cheminée. Elle produit donc une lumière plus vive et moins de fumée grace à la combustion plus poussée de l'huile.

Les années 1830 à 1870 voient une quantité importante de nouvelles lampes mises sur le marché, parmi les plus connues:

-La lampe astrale ( vers 1825) est une modification de l' Argand, elle est posée sur une table et est de forme très ouvragée. Elle possède une mèche tubulaire qui est prise entre deux tubes verticaux dont un est un prolongement ajouré du fond et l'autre trempe dans le réservoir en forme d'anneau.

-La lampe sinumbra (entre 1830 et 1870)d'origine anglaise est inspirée de l' Argand, elle est très décorative avec un pied fin et haut et coiffée d'un globe très évasé à sa base et étranglé sur le haut.

-La lampe de Malty et Neal, la lampe de Kinnear, la lampe solaire, la lampe de Bradley et Hubbard, la Queen Ann, l'Aladdin, la Tylley ,l'Auer sont d'autres types de lampes à huile ou à graisse liquéfiée utilisées au 19 è siècle.

Les lampes à mèche plate tressée pourvues d'un brûleur à mollette réglable sont contemporaines à la CW, pour les plus anciens systèmes.

Il existait des systèmes permettant de créer une surpression dans les réservoirs pour permettre à l'huile de monter plus facilement dans la mèche.

Toutes ces lampes à huile utilisaient une grande variété de combustible: huile de baleine, de poisson, de paraffine, de colza, de lin, de navette, de phoque, d'olive selon les régions.

Pour l'instant, d'après l'état de mes recherche sur les lampes, je n'ai pas trace d'utilisation du pétrole lampant avant 1895 ( en source sûre et vérifiée). Des essais de pétrole brut ont été tentés en Pennsylvanie mais il a été rapidement abandonné à cause de sa fumée et de sa mauvaise odeur. Les essences de pétrole et le kérosène ont été longtemps considérés comme dangereux et inutiles et donc laissés de côté comme résidus.

Par contre la paraffine liquide( brevet d'extraction déposé en 1850 par James Young) a été rapidement adoptée à la place des huiles animales et végétales à l'époque de la CW. Le remplacement de ces dernières à pris quand même quelques années( on trouve encore en 1907 des lampes à huile de colza).

Les lampes tempête et autre qui sont utilisée aujourd'hui avec du kérosène ont été utilisées au départ avec des huiles végétales ou de paraffine, pour celles qui existaient à l'époque considérée, bien sûr. En anglais, le kérosène peut s'appeler aussi paraffine, je pense donc que de là vient l'idée, fausse, jusqu'à preuve du contraire, que les lampes à pétrole sont d'époque CW.



Ensuite, toujours avant et pendant la CW jusqu'aux années 1880 , la lampe à camphène va être utilisé. C'est un mélange de 1/10 d'essence de térébenthine pour 9/10 d'alcool de bois (méthanol), hautement explosif qui va entraîner de nombreux incendies et donc, son abandon, assez tardif malgré son danger. Il est appelé camphène, camphine, fluide ou encore air liquide.

Ces bombes, ou lampes comme les appelaient les anciens, se présentent comme les sparkling lamps sauf que les tubes porte mèche sont toujours au nombre de deux, ils sont plus fins et plus hauts et surtout, ils divergent au lieu d'être droits . Ces lampes sont pourvues de bouchons éteignoirs reliés au corps de la lampe qui empêchent le fluide de s'évaporer. Le corps est souvent en verre. Ces lampes étaient très appréciées de par le monde car leur pouvoir éclairant était très supérieur au lampes à huile. Le kérosène les détrônera en raison de ces qualités d'éclairage équivalentes avec un danger moindre.







Parmi les moyens d'éclairages cités dans cet article, il vous reste à faire votre choix, selon votre personnage et le type d'habitat que vous avez.

En espérant, qu'il n' y aura plus sur les camps, comme dans le passé, une profusion de lampes à pétrole 20e siècle à réserver aux "cowboys Hollywood", le reconstitueur, maintenant avertit, lui préférant des moyens plus en accord avec l'époque, l'habitat et le statut social. Les types de lampes à huile cités dans cet article ne sont pas les seuls ayant existé mais seulement une partie des 80 modèles les plus courrants apparus entre 1859 et 1870. Le modèle de lampe tempête made in China

est lui, définitivement 20ème siècle.



Je remercie SHILOH (Alain Raynal) pour sa documentation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Mer 17 Nov - 17:42

Civil War Candle Lantern “Minor’s Patent / Jan 24th / 1865” nicely marked on one side. This is the collapsible japanned metal lantern that is found in virtually ALL Civil War collections. It has thin sheets of Mica as windows. We also have an original candle that came with the lantern. The lantern is 5 1/4 inches tall, and the base is 3” x 3 3/4”. This is a really cool old lan tern. I also have an extra large example call for details and price…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Mer 17 Nov - 17:44

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Mer 17 Nov - 18:53

Tiens! Je croyais que c'était pas bon, ça, ... Admindada.
Lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 11:28

pourquoi ça serai pas bon, du moment que c'est une bougie et que c'est du vert en guise de vitre scratch

les lampe de marine, du chemin de fer, de l'armée, sauf les lampe de charrets car le major ma dit que non (et encore je par du principe que le gars qui récupère une petite lampe de charret qu'il a trouvé peut s'en servir) et bon pour le sud
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 11:56

Si je me rappelle bien ce que j'ai lu dans un autre poste à propos des lampes, ils veulent dire qu'un cavalier qui a tout son bardas sur son cheval aurai du mal a caser ce genre de lampe sur sa selle ou dans son haversack et en plus de ne ne pas casser la vitre... Mais bon, ,'oublions pas que les chuck wagon suivent, même de loin, alors pour moi, à moins d'un bivouac, c'est bon...
Revenir en haut Aller en bas
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 15:49

Le soucis c'est de savoir si on ne fait que de la reconstitution de "commando rangers", genre paquetage de combat

ou si on s'octroie la possibilité de monter des "camps de base", avec un matériel plus sophistiqué???

Mais pour les chevaux, ils n'ont pas tord, dans la mesure où c'est valable pour un gars de l'infanterie aussi!

alien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 15:58

Tout à fait d'accord avec toi Admin :-) . Pour moi, dès qu'il y a des tentes A, des Sibley ou des wall tent ça présuppose la présence et l'utilisation de chuck wagon et donc le transport de choses un peu plus grandes pour un camp de base
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 18:08

je pense et le major me reprendra si je me trompe, mais dans notre club nous avons deux sorte sorties
les camps et les bivouac

les camps, dure de 3 à 9 jours et sont sencé reprensanter un camps de base avec des charriot ( chuck wagon, charriot sutler, infirmerie roulante, forge de campagne etc...)
ce qui permet d'avoir toute les lampes à bougie que l'on souhaite qui existé à l'époque sur le continent d'amérique du nord.
Durant un camps il peut y un bivouac.

un bivouac dure de 1 à 3 jours avec deux nuit en extèrieur.
et de la marche à pied ou de la randonné à cheval ou en charriot.
pour ceux qui sont à pied une bougie peu être tranporté dans le pactage avec un petit bougeoir ou une petite lampe de 5 cm par 5 cm (ça existe j'en ai vu en brocante).

pour ceux qui sont à cheval, la bougie ou la petite lampe, ou une lampe normal si le remgiment se déplace avec un cheval batté et ça existé puisque j'ai des gravures d'époque.
et je possaide un bat américain en forme de crois qui est le bat le plus utilisé dans le monde inventé au début 19ème siècle au usa.

et pour ceux qui sont en charriot, la bougie, la petite lampe, la lampe normal, et la lampe de charrette peu être autorisé.

dans notre club nous ne pratiquons pas des bivouacs qui dépassent plus de 3 jours comme certain club (libre à heux de le faire, chacun est libre de vivre sa reconstitution comme bon lui plais).
Et comme je viens de le dire nous faisons en général des camps de 3 à 9 jours donc nous avons tous au minimum une lampe chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 18:26

Parle pour toi, moi j'adore le minimalisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 18:30


je sais captain que tu aimes dormir sous ton bout de toile pendant plusieurs semaines à la chandelle avec les orteilles au vent. c'est pour ça que le major t'a choisis pour former la troupe. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 18 Nov - 18:34

Tu l'as dis, canaille! Et la prochaine fois, mets ton ceinturon SUR ta veste, on est pas au far west, mon cher caporal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Ven 19 Nov - 19:43

il est sur ma vest captain, si non le major m'aurrai boté les fesse lors du camp, seulement j'ai telement de truc sur mon ceinturon, qu'il fini par tombé et les passant sur ma veste ne sufisent pas, je pense me faire un bodriller vu que j'ai les anneaux sur le ceinturon.
Revenir en haut Aller en bas
maybelle chérie



Nombre de messages : 293
Localisation : Amplepuis
Points : 202
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Mer 24 Aoû - 20:55

Old Hickory (Andrew Jackson)Campaign tin pierced lantern



ces lampes de vachers n'étaient autres que des lampes "tempête" de l'époque

Connues en europe à l'époque, elles furent utilisées pendant la guerre civile, contrairement à ce que certains prétendais

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maybelle chérie



Nombre de messages : 293
Localisation : Amplepuis
Points : 202
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Mer 24 Aoû - 20:57

McClellan for President pierced tin lantern c.1864

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Censeur
Administrateurs
Administrateurs


Nombre de messages : 3908
Age : 58
Localisation : LYON
Points : 3103
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Jeu 1 Sep - 5:58

An ABSOLUTELY ORIGINAL HANDCRAFTED PIERCED TIN IRON LANTERN. Lighting devices like this were used inside and out in colonial America. The punched holes would limit the light but shielded the candle from wind and drafts. Nearly identical to that shown in Antique Country Furnishings by George C. Neumann. Measures just over 16 inches.



mais comme disais quelqu'un çà n'existait pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://14-virginia-cavalry.myrealboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES LAMPES DE CAMP   Aujourd'hui à 2:51

Revenir en haut Aller en bas
 
LES LAMPES DE CAMP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aide de camp
» JESUS CAMP
» Objet triangulaire avec lampes
» Camembert : tout fout le camp...
» Aide de camp du maréchal NEY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MATERIELS ET EFFETS :: EQUIPEMENT ET SELLERIE-
Sauter vers: